PLUS SOCIAL, TU MEURS !
PLUS SOCIAL, TU MEURS ! (fin)

PLUS SOCIAL, TU MEURS ! (suite)

       Logocnam

 

Après le volet famille, dont on a vu qu’il était fourni, abordons celui de la maladie et de la santé. On oublie facilement la protection dont nous bénéficions et qui fait du système français, un des plus protecteurs au monde. Revue de détail :

Les consultations de médecins, En 2007,  ont été de 217,49 millions auprès des médecins généralistes libéraux. Au total, l’Assurance maladie, cette même année, a remboursé l'équivalent de 3,52 milliards d'euros pour ce type de prestation médicale à ses assurés sociaux. Cela représente donc un coût de 16,20 euros  par acte pour la protection sociale. Ce chiffre est à remettre en perspective avec l'ensemble des prestations maladie versées par cette branche de la Sécurité sociale : 115,93 milliards d'euros en 2007. Le remboursement des consultations de généralistes représente 3,04% des prestations légales couvertes par la branche maladie. Il s'agit aussi bien d'actes réalisés en cabinet libéral qu'en clinique privée ou en centre de santé.

Les remboursements de médicaments achetés en pharmacie sont de loin le premier poste de dépenses de l'Assurance maladie en médecine de ville : en 2008, ils ont coûté 18,3 milliards d'euros à la protection sociale, soit 14,1% des dépenses totales de l'Assurance maladie. Un montant nettement supérieur aux remboursements d'honoraires des médecins de villes libéraux par exemple. L'assurance maladie rembourse chaque année 2,1 milliards de boites de médicaments. Ce qui représente donc un remboursement équivalent à 8,7 euros par boite de médicaments remboursée.

Le congé maternité est considéré comme un risque maladie par la Sécurité sociale, au même titre que les arrêts maladie ou les accidents du travail. De toutes les indemnités journalières versées pour ces risques (11,3 milliards € en 2008), les congés maternité consomment 23,7% des crédits. . Le montant des indemnités journalières attribuées aux congés maternités est en constante augmentation depuis 1978.  Prises en charge par la branche maladie de la Sécurité sociale, elles coûtent chaque année 2,68 milliards d'euros. Elles sont égales à un salaire journalier de base, calculé à partir de la moyenne des salaires des trois derniers mois, diminué des cotisations sociales et de la CSG, dans la limite de 2 885 euros. De la même manière, les congés de paternité ont un coût pour la collectivité : 264 millions d'euros en 2008, en hausse de 4,9% par rapport à 2007.

Les indemnités journalières consécutives à un accident du travail, elles aussi sont prises en charge par la branche maladie de la Sécurité sociale et ont coûté 2,44 milliards d'euros en 2008. Cela représente 21,6% du montant consacré chaque année par l'Assurance maladie pour les assurés amenés à cesser leur travail pour des raisons médicales (11,3 milliards € en 2008). En amont ce sont 2 millions d'établissements employeurs qui cotisent à cette assurance et 18,6 millions de salariés (soit environ 70% de la population active). En 2008, on a recensé 704 000 accidents du travail et 45 400 maladies professionnelles qui ont donné lieu à un arrêt de travail. Le montant total des indemnités journalières attribuées aux accidentés du travail est en constante augmentation depuis 1978.

Les indemnités journalières consécutives à arrêt de travail pour maladie ont coûté 6,21 milliards € d'euros en 2008. Cela représente 54,8% du montant consacré chaque année par l'Assurance maladie aux  assurés amenés à cesser leur travail pour des raisons médicales (11,3 milliards € en 2008). Entre 2003 et 2008, on a constaté une diminution du montant total des indemnités journalières maladie (-1,4%). Et sur plusieurs décennies, on constate que le nombre de journées maladie indemnisées par personne ayant un emploi a eu tendance à diminuer. Il est passé de 11 jours en 1976 à 8,5 jours en 2005. Ce sont les chirurgiens orthopédistes qui prescrivent le plus de journées d'arrêt de travail. En 2005, ils avaient prescrits 85 207 journées d'arrêt de travail, suivis par les neurochirurgiens (58 438) et les généralistes (29 187).

Mais l'Assurance maladie rembourse également d'autres prescriptions. A commencer par les auxiliaires médicaux qui ont coûté 6,3 milliards d'euros à la protection sociale en 2008. Les prothèses médicales ont, elles, coûté 3,7 milliards d'euros, les examens biologiques 2,8 milliards d'euros. Enfin les transports sanitaires 2,5 milliards d'euros.

Les soins hospitaliers sont à l'origine de 44,1% des dépenses de santé de la protection sociale. Dans cet énorme gâteau, c'est l'hôpital public qui consomme le plus de crédits pour soigner les Français. En 2008, tous les soins qui ont été effectués ont coûté plus de 47,5 milliards d'euros à la collectivité. Logique, quand on sait que l'Assurance maladie prend en charge en moyenne 93% des dépenses d'hospitalisation. Mais les hôpitaux privés aussi profitent de cette somme. Les hospitalisations dans ces établissements ont représenté un coût de 9,8 milliards d'euros en 2008 pour la collectivité, soit 7,5% des dépenses de santé de la protection sociale. En moyenne, les dépenses de soins hospitaliers ont donc représenté 1 172 euros par personne dont 903 euros par personne dans le public et 269 euros par personne dans le privé.

Enfin, créée il y a dix ans, la Couverture Maladie Universelle (CMU) permet l'accès aux soins à des personnes à faibles ressources. Dans l'impossibilité de cotiser au régime général, c'est l'Etat qui couvre leurs dépenses de santé, dans les mêmes conditions qu'un assuré social normal. Aujourd'hui, la CMU de base couvrirait 1,5 million de personnes, d'après le fonds qui gère cette prestation. Mais impossible de connaître le montant total exacts des versements de cette couverture. Ni la sécurité sociale, ni le fonds CMU ne révèlent le budget qu'elle nécessite. Son coût avoisinerait les 6 milliards d'euros par an pour la CMU de base. En revanche, des chiffres très officiels battent en brèche certaines idées reçues : les dépenses des bénéficiaires de la complémentaire santé de la CMU (qui bénéficie, elle, à 4,5 millions de personnes) sont voisines de celles des autres assurés. Elles s'élèvent à 415 euros par bénéficiaire et par an.

Devant un tel foisonnement de prestations, il est normal qu’on les oublie, tant elles nous paraissent aller de soi. Et pourtant ce n’est pas fini. Il y a encore toutes les retraites et toues les prestations liées au vieillissement dont on sait qu’elles vont croître et embellir dans les prochaines années.

On en verra le détail dans le prochain article.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)