CES GUEGUERRES PRICROCHOLINES QUI PEUVENT TUER LA DEMOCRATIE
LE PETIT NICOLAS A LA LOUPE (2)

LE PETIT NICOLAS A LA LOUPE

 A-la-loupe_articlewide

Contexte :

« Je vous invite à comparer la situation politique dans laquelle nous nous trouvons avec celle de mes prédécesseurs au même moment. En 1967, deux ans après la réélection du général de Gaulle, la majorité de l'époque ne l'emporte que d'un siège aux législatives. L'année suivante, ce sont les événements de Mai 1968. Deux ans après l'élection de Valéry Giscard d'Estaing, en 1976, il rompt avec son premier ministre Jacques Chirac. Son septennat ne s'en remettra pas. En 1983, deux ans après l'élection de François Mitterrand, c'est le tournant de la rigueur, qui se solde par l'échec de la majorité socialiste, trois ans plus tard. Deux ans après l'élection de Jacques Chirac en 1995, c'est la désastreuse dissolution. Deux après son élection de 2002, 20 régions sur 22 sont perdues par la majorité. La situation de l'actuelle majorité est bien différente puisqu'elle vient de gagner les élections européennes. Le front social est apaisé malgré une crise économique sans précédent. Quant aux élections partielles qui sont traditionnellement mauvaises pour le gouvernement en place, nous en avons gagné l'immense majorité et notre candidat David Douillet a fait 45 % au premier tour dimanche dernier. J'en tire la conclusion qu'il ne faut pas confondre le climat du milieu médiatique, qui est par construction politisé et agité avec la réalité de la société française qui attend du gouvernement qu'il apporte des solutions concrètes aux problèmes des Français : le chômage, la sécurité, l'éducation de leurs enfants, le pouvoir d'achat. »

Le commentaire d’Archibald :

Effectivement, même si elle est en-dessous de 50%, la cote du Président de la République est bien meilleure que celle de ses prédécesseurs au même moment de leur mandat, et cela alors qu’une grave crise mondiale s’est abattue, n’épargnant pas la France. Les études d’opinion montrent même des scores étonnants quand on interroge sur la défense des intérêts de la France ou la volonté de changer les choses. Nicolas ne laisse personne indifférent par son style et son caractère. Peut-être que le meilleur adjuvant pour sa majorité, c’est la violence des critiques sans nuances et obsessionnelles de l’opposition. Personne ne souligne que l’UMP, dont certains prédisaient que la fusion de ses composantes centristes, libérales et gaullistes ne marcherait jamais, est devenue aujourd’hui un grand parti majoritaire où tout le monde a oublié son origine. Et le pari du départ est en passe de réussir puisque elle réunit pratiquement toujours autour de 40% des suffrages dès le 1er tour de chaque élection. On comprend que ça agace la gauche !


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)