LE PETIT NICOLAS A LA LOUPE
52% !!!

LE PETIT NICOLAS A LA LOUPE (2)

A-la-loupe_articlewide

Déficits :

« D'abord, avec un déficit de 8,2% du PIB en 2009,  la France fera mieux en valeur relative que les autres pays. Ensuite, ceux qui crient le plus fort sont ceux qui ont laissé déraper les déficits pendant des années et qui, curieux paradoxe, critiquaient notre plan de relance jugé trop timide. Avec la crise, la France a perdu 57 milliards d'euros de recettes, ce qui explique la dégradation des comptes publics. Nous sommes maintenant sortis de la dépression, mais si l'on relâche nos efforts, l'économie risque de rechuter et la situation des comptes sera pire. Le G20 a d'ailleurs été unanime sur ce point : il faut soutenir la croissance. Voici la priorité. C'est ainsi que nous combattrons les déficits. Par ailleurs nous continuerons de réduire les dépenses publiques courantes. Je rappelle que nous avons diminué de 100 000 le nombre de fonctionnaires, dont le coût représente près de la moitié du budget de la France. Alors que la France avait créé un million d'emplois publics depuis 1992. Qui pourrait imaginer qu'on puisse continuer ainsi ? »

Le commentaire d’Archibald :

Rappeler que la France ne fait pas pire que les autres, n’est certes pas une consolation, mais montre que face à la crise, il n’y avait guère d’autres solutions que de faire appel aux fonds publics. D’autre pays européens ont une dette encore plus élevée que celle de la France. Il n’est pas inutile de rappeler que ceux qui dénoncent le plus fort ces déficits  dans notre pays (la gauche et le Modem), sont aussi ceux qui réclament plus de dépenses publiques, critiquaient naguère le caractère « étriqué » du plan de relance et ne veulent pas entendre parler de diminution du nombre des fonctionnaires. Allez comprendre !

Le Président fait le double choix de la création de richesses et de la diminution des dépenses de l’Etat pour les combler. C’est cohérent !

Le passage difficile sera de diminuer l’apport de l’argent public en soutien à l’économie et à la consommation au fur et à mesure que la demande privée prendra le relais, afin de ne pas créer un trou d’air préjudiciable au redécollage de la croissance. C’est ce que le gouvernement tente de faire dès l’année prochaine en diminuant progressivement les primes à la casse, par exemple.


Commentaires

Dominique MASSON

Le plan d'aide aux banques était indispensable et n'était pas un cadeau aux établissements financiers contrairement à ce que certains, de mauvaise foi, veulent faire croire.

Maintenant, la croissance est-elle vraiment le remède à tous nos maux ? A court terme oui mais qu'elle planète laisserons nous à nos enfants et petis enfants ?

Quel est le bilan intermédiaire de la TVA à 5.5 % dans la restauration ? Quel est le coût de chaque empoi créé ?

Combien de postes de fonctionnaires nationaux ont-ils été supprimés ?combien de territoriaux créés dans le même temps ? Quel est le coût des services mis en délégation de service public après suppression des postes de fonctionnaires ? Ces fonctionnaires sont aussi des consommateurs qui stimulent la croissance ! Ne pas en remplacer, oui, les utiliser plus efficacement encore oui. A ce sujet,en est la simplification de la fiscalité ? La création d'une taxe carbone, véritable usine à gaz, remboursée à certains et une fois de plus à la charges des classes moyennes vat-elle dans ce sens ? Pourquoi ne pas supprimer les départements qui font double emploi bien souvent avec les régions ? Pour conserver les sièges électoraux de nos politiques ? Les députés de tous bords ne se sont pas gênés pour voter une loi leur garantissant des privilèges éhontés.

En conclusion,est-ce si rassurant de constater que nous semblons moins mauvais que nos voisins ?

lucien martin

Rappel : le déficit Public allemand est maintenant attendu en 2009 sous les 3%.
Donc, non, on ne fait pas mieux que les autres, ou alors l'Allemagne ne fait pas partie des autres, bien que ce soit notre 1er partenaire.

Dominique MASSON

Daniel, qu'en est-il du déficit public Allemand en 2009 ?
Est-il bien prévu inférieur à 3% ?

Merci

Lucien martin

Mea Culpa, d'après les instituts, le déficit public devrait atteindre 3,2 % du PIB en 2009.
Les 2,9% sont la prévision du gouvernement.
C'est tout de même à comparer à nos 8,2%.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)