OUF !
LE MESSAGE DE CORBEIL

FABIUS MONTE AU CRENEAU…

éléphant rouge

Dans le JDD d’hier, Laurent Fabius livre une charge en règle contre Nicolas Sarkozy, sur les thèmes récurrents dans sa rhétorique : les promesses non tenues, le pouvoir d’achat, la revalorisation du travail, l’emploi, la baisse des impôts seulement pour les riches, … Sur ces chapitres, les faits lui donnent raison. En apparence seulement. Je distingue dans la présentation de l’éléphant du PS, rien que sur ces chapitres, deux malhonnêtetés intellectuelles : d’abord, il fait comme si la crise n’était pas passée par là, ensuite, il oublie de mettre en parallèle les promesses de sa candidate afin d’examiner si elles auraient, elles, été tenues ! 

Il ajoute dans ses critiques, l’absence de dialogue social, l’abaissement du rôle du parlement et la disparition de l’impartialité de l’état. Voilà des contre vérités : le dialogue social est intense et peu de gouvernement ont agi autant pour sa rénovation, le rôle du parlement a été renforcé, ce qui n’est pas sans poser des problèmes au gouvernement ne serait-ce qu’avec sa majorité. Quant à l’impartialité de l’état, c’est un jugement qui tient plus du procès gratuit que de la réalité. Il pense probablement aux réformes en cours sur les modes de scrutin et le redécoupage, sujets sur lesquels, quelles que soient les précautions prises, l’opposition criera plus fort qu’elle a mal.

Il continue sur le registre du pouvoir sarkozien « exorbitant », expression de la vieille querelle entre les tenants du parlementarisme qui conduit à l’instabilité gouvernementale et ceux du présidentialisme qui veulent privilégier l’efficacité ; il prône l’étatisation de l’économie et reproche l’attitude du gouvernement vis-à-vis des banques, il aurait fallu que l’état ne se contentât pas des intérêts prélevés sur les sommes prêtées, il aurait fallu qu’il profitât aussi de la revalorisation des titres qu’il a permise, comme si nos établissements n’avaient pas besoin de consolider leurs fonds propres… Enfin, Summum du summum : il ose reprocher au Président, le creusement de la dette ! Comme si elle était de son seul fait, comme si on n’aurait pu se passer de plan de relance !!!!

Il conclut royal : « une fois les paillettes évanouies, ne restera que l’injustice ». Le « gros mot est lâché ». Inévitable dans la diatribe d’un socialiste. J’ai toujours eu du mal à croire que ce mot avait un sens dans sa bouche, tant cela me fait penser à ceux qui parlent gravement de la faim, la bouche pleine.

Mais on a compris : il est partant pour la primaire du PS. Est-ce avec ce discours politicien, étriqué et mesquin qu’il va convaincre les foules ?  

J’en doute.

L’essentiel : au-delà de la critique, je cherche encore dans l’interview, sa vision, son projet, ses propositions. Circulez….


Commentaires

jibe124

Ah Fabius ! Quel spectacle de le voir prendre un coup de sang (non contamin& bien sûr...) contre Sarko.

Mais chacun sait qu'un éléphant çq se trompe énormément. Et pour toute défense, j'ajouterai qu'il n'Ivoirien de rien et que pour lui la main est passée.

Tiens, une petite dernière pour la route : comment appelle t'on un pou sur le crane d"oeuf de Fabius : Un sans abri !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)